"« Ce titre est le couronnement ultime de chaque chef féminin belge », rayonne Julie. « L’année s’annonce passionnante. J’aurai l’occasion de découvrir des produits de tout premier choix, j’évoluerai plus souvent sous les feux des projecteurs. L’année sera agitée, mais le jeu en vaut largement la chandelle ! J’espérais ce titre depuis 4 ans et ce moment est enfin arrivé : je suis impatiente d’entamer mon année en tant que Lady Chef ! » " Julie Baekelandt, Chaudfontaine Lady Chef of the Year

JULIE BAEKELANDT ÉLU MEILLEUR CHEF FÉMININ DE BELGIQUE. FÉLICITATIONS JULIE !

Julie Baekelandt a été élue Chaudfontaine Lady Chef of the Year 2016, tant par la presse que par le public. Avec ses 30 printemps, elle confirme la tendance d’une génération de jeunes talents que vient couronner ce titre. Cela fait désormais 3 ans que Julie officie aux fourneaux de son propre restaurant, la maison C-Jules à Zottegem. Depuis 2015, elle anime aussi sa rubrique culinaire sur la chaîne de télévision Njam!.

La Chaudfontaine Lady Chef of the Year est un titre qui est décerné chaque année à un chef féminin qui défend les valeurs de qualité, de créativité et de finesse féminine dans la cuisine. Julie décrit sa propre cuisine comme étant ‘méridionale, imprégnée d’influences provençales’. Divers apprentissages auprès des chefs de tout premier plan Wout Bru et Seppe Nobels ont fait d’elle le chef qu’elle est aujourd’hui.

Le thème du défi culinaire qui était imposé à la Lady Chef cette année était le ‘contraste’ : des produits classiques dans une cuisine moderne. Julie a combiné un filet de canard Gressingham avec un fromage de chèvre et des betteraves rouges pour former une entrée d’une fraîcheur exquise. Pour le plat de résistance, elle a opté pour une découpe moins évidente d’un agneau gallois, l’épaule d’agneau. Pas sous la forme d’une potée classique, mais accompagnée de légumes frais et de yaourt. « La viande d’agneau du Pays de Galles offre une saveur d’une rondeur inégalée. C’est ce que j’ai voulu démontrer en proposant ce mets », explique Julie. La Lady Chef a parachevé le menu en créant un contraste saisissant entre un dessert traditionnel à base de pommes et de caramel et un bouquet d’épices.

Fidèle à son habitude, Chaudfontaine offre son soutien inconditionnel au titre décerné de Lady Chef of the Year. Le food & water pairing parfait fait ressortir à merveille les contrastes entre les saveurs du menu. Chaque mets s’accompagne de son eau assortie : plate, pétillante ou légèrement pétillante. Le caractère pur de l’eau minérale Chaudfontaine vient souligner la finesse des mets de la nouvelle Lady Chef.

Julie Baekelandt est née le 24 décembre 1985 à Zottegem. Le virus de l’art culinaire l’a contaminée dès son plus jeune âge. Elle a décidé de fréquenter l’École Hôtelière Ter Groene Poorte à Bruges dès sa 14ème année. C’est là qu’elle a appris toutes les ficelles du métier : travail en salle, pâtisserie, même une spécialisation en cuisines du monde a retenu son attention. Grâce à 3 stages différents, elle pouvait se vanter d’une expérience plus que certaine alors qu’elle n’avait que 18 ans. Julie a par exemple suivi un stage de plusieurs semaines dans le Midi de la France alors qu’elle n’avait que 14 ans. À la fin de ses études, elle a trouvé du travail pratiquement du jour au lendemain. Après avoir travaillé dans la cuisine de La Tourbière (Alost) et Belga Queen (Gand), Julie a eu l’occasion de collaborer avec Wout Bru, un chef qu’elle admire profondément et avec qui elle s’est tout de suite entendue. Julie a donc pris la route de la France pour plus de 3 ans. Elle a d’abord fait une saison d’hiver chez Le Cheval Blanc. Ensuite, elle a pris la route de la Provence avec Wout Bru pour se mettre aux fourneaux du restaurant Eygalières. C’est avec beaucoup de plaisir que Julie se remémore cette époque. « Nous formions une grande équipe, un groupe très soudé. » Après 3 ans, elle a eu le mal du pays et est revenue en Belgique avec Céderic Demey, son compagnon de l’époque. Elle a été engagée par le Graanmarkt 13, le restaurant de Seppe Nobels à Anvers, mais après des années en qualité de sous-chef, l’envie de devenir enfin chef d’un restaurant devenait de plus en plus obsédante. Une opportunité qui lui a été offerte par le restaurant Vinois à Sint-Martens-Latem. C’est en 2013 que Céderic et Julie ont finalement ouvert leur propre établissement, C-Jules à Zottegem. Et c’est ainsi que Julie est revenue à ses racines. « Après 10 déménagements, le moment était venu de s’établir pour de bon. » Le restaurant a connu d’emblée un succès certain et a obtenu en 2014 un score de 14/20 par Gault&Millau. Depuis 2015, Julie combine son travail de chef avec des activités médiatiques : elle a sa propre rubrique culinaire sur la chaîne Njam! et est l’une des chefs de l’émission Jong Keukengeweld, cette année déjà pour la quatrième édition consécutive. La maison C-Jules se compose depuis déjà 3 ans de la même équipe soudée de collaborateurs, mais Céderic a néanmoins décidé en mars 2016 de quitter l’entreprise pour s’axer davantage sur le secteur événementiel. « 2016 n’a certes pas été une année facile jusqu’à aujourd’hui. Il y a eu le départ de Céderic et j’ai été obligée d’assumer toutes ses tâches au sein de C-Jules. Le travail administratif, les contacts avec les fournisseurs : j’ai vraiment dû me frayer un chemin dans ce labyrinthe. » Dans l’intervalle, Julie connaît pratiquement toutes les ficelles du métier. Le couronnement de sa carrière de Chaudfontaine Lady Chef of the Year 2016 est « ce petit coup de pouce » dont elle avait besoin. « J’estime qu’il s’agit de la reconnaissance ultime pour un chef féminin, » précise Julie. « J’espérais ce titre depuis déjà 4 ans et le grand moment est enfin arrivé : je suis impatiente d’entamer mon année en tant que Lady Chef ! »

C-Jules
Markt 15
9620 Zottegem
09 279 11 18
info@c-jules.be
www.c-jules.be


logo Chaudfontaine
×

Chaudfontaine

JULIE BAEKELANDT DÉSIGNÉE LADY CHEF 2016 ET NOUVELLE AMBASSADRICE CHAUDFONTAINE

Avec l’élection de Julie Baekelandt en tant que Lady Chef 2016, Chaudfontaine dispose également d’une nouvelle ambassadrice. L’eau minérale naturelle n’associe pas par hasard son nom à cet événement culinaire : « Tout comme l’eau pure et équilibrée de Chaudfontaine jaillit de terre, nous aidons les talents culinaires à monter à la surface. »

Après Anne-Sophie Breysem du restaurant De Kwizien à Hasselt, le public et un jury de journalistes culinaires ont élu Julie Baekelandt du C-Jules à Zottegem « Chaudfontaine Lady Chef 2016 ». Elle devient ainsi la 26e lauréate de ce prestigieux concours et la 2e ambassadrice Chaudfontaine.

Chaudfontaine en est très fier : « Nous sommes ravis de soutenir ce jeune top chef féminin pendant un an et de montrer que notre marque est très proche de l’horeca. Tout simplement parce que notre eau dans ses trois variantes accompagne chaque expérience culinaire à merveille », explique Céline van den Rijn, Marketing Director Coca-Cola Belgique & Luxembourg.

UNE EAU ÉQUILIBRÉE POUR UNE EXPÉRIENCE GASTRONOMIQUE ULTIME

L’eau de Chaudfontaine est une eau minérale naturelle de source thermale, qui trouve son origine à la porte des Ardennes belges. Grâce à des conditions géologiques extraordinaires, l’eau descend jusqu’à une profondeur de 1600 m et est filtrée pendant plus de 60 ans par la nature elle-même. Elle jaillit de son « coffre-fort naturel », absolument unique par sa pureté et son équilibre en composants minéraux.

Ce sont tous ces éléments réunis qui font de l’eau de Chaudfontaine une expérience gastronomique ultime. Le Tri’O de Chaudfontaine (eau intensément pétillante, légèrement pétillante et plate) est très apprécié
par Julie Baekelandt. Elle choisit Chaudfontaine comme accompagnement pour son menu car l’eau de Chaudfontaine a une minéralisation équilibrée et un
goût délicat mais pas trop prononcé.

« Chaudfontaine est pour moi l’eau au goût le plus pur », lance la Lady Chef. Le Tri’O peut être proposé pour chaque plat et chaque vin. En fonction de la teneur en gaz, l’accent peut en outre être mis sur différentes spécificités. La variante rouge, l’eau intensément pétillante, éveille l’appétit et amplifie les sensations suscitées
par des aliments croustillants et riches en textures. La variante verte est
quant à elle le partenaire idéal pour les plats au goût subtil, grâce à des bulles délicates et fines. Enfin, il y a la variante bleue : l’eau minérale naturelle plate. Cette eau est parfaitement équilibrée et convient donc à chaque plat, à tout moment.

« Que le choix de l’eau dépend du plat, est quelque chose que beaucoup de gens ignorent », poursuit la Lady Chef. « Toutefois, l’eau peut apporter une valeur ajoutée à votre expérience culinaire. On n’accompagne pas seulement nos plats de vin ou de bière, mais également d’un verre d’eau. Tous les restaurants devraient avoir un sommelier en eau. »

Chaudfontaine, une eau couronnée
En 2013, Chaudfontaine a été le premier producteur d’eau minérale au monde à obtenir la médaille d’or du
« European Water Stewardship » en combinant innovations technologiques et respect de la nature pour protéger et gérer l’eau durablement, depuis sa source jusqu’à sa mise en bouteille. Cette récompense a
été confirmée en juin dernier. En 2015, le Tri’O de Chaudfontaine a également reçu le « iTQi Superior Taste
Award » de la part du plus grand jury de chefs et sommeliers, leader d’opinion en matière de goût.

www.chaudfontaine.com

Chaudfontaine est une marque déposée de MMJ ©2016 MMJ

Visitez le site web

logo Welsh Lamb (IGP)
×

Welsh Lamb (IGP)

Le Pays de Galles, le pays où la nature elle-même fournit de la délicieuse viande d’agneau

HCC Meat Promotion Wales est très fier cette année d’être partenaire de Lady Chef of the Year. L’agneau gallois est un produit naturel, versatile, tendre, juteux et possédant une saveur réellement unique tout en offrant un vaste nombre de découpes disponibles. Chaque jour, de plus en plus de chefs dans le monde entier en font le constat. Chaudfontaine Lady Chef of the Year Julie Baekelandt a maintenant également découvert l’agneau gallois et en a été immédiatement convaincue. “C’est un produit supérieur, très fin et ayant un goût tendre. En tant que chef, la différence se fait remarquer tout de suite.” Non seulement Julie mettra l’agneau du Pays de Galles sur la carte de son restaurant C-Jules à Zottegem, mais elle fera aussi du show-cooking lors de salons professionnels et d’autres événements. “Mes découpes préférées sont le gigot d’agneau et l’épaule d’agneau. En effet, ce sont des découpes très différentes qu’un chef peut travailler dans de nombreuses créations.”

Naturel et pur

Dans le pays de Galles, les agneaux paissent l’herbe tendre et juteuse des prairies qui s’étendent à flanc de collines et dans les vallées. Il n’est donc pas nécessaire de leur donner une alimentation complémentaire. Ces prairies vertes, à perte de vue, suffisent par ailleurs à nourrir les quelques neuf millions de moutons – brebis et agneaux confondus – qui viennent y brouter. Outre la composition du sol, riche en minéraux, le climat du pays de Galle, à la fois doux et humide, favorise la croissance d’une multitude de plantes et d’herbes que les moutons et les agneaux mastiquent tout au long de l’année. C’est précisément la nature de ce sol vierge qui est responsable de la texture fondante caractéristique de l’agneau gallois, comme de son goût à la fois délicat et prononcé.

Indication Géographique Protégée (IGP)

L’agneau gallois est reconnu par la Commission Européenne pour ses caractéristiques uniques et régionales et a obtenu en 2003 le statut convoité d’Indication Géographique Protégée (IGP). Un label permettant de certifier la réputation sans précédent qui entoure les bergers et éleveurs gallois depuis plusieurs siècles. La renommée qu’a acquise l’agneau gallois est le fruit d’expériences, de méthodes d’élevage transmises de génération en génération comme de la préservation des pâturages que les agriculteurs ont de tout temps renoncé à exploiter. L’importance du label IGP n’est pas négligeable ; il permet en effet de garantir au consommateur un produit authentique, en plus d’assurer une traçabilité en toute transparence, de la ferme à l’assiette. On attribue à chaque agneau, dès la naissance, un signe distinctif reprenant toute une série d’informations, dont les informations vétérinaires. Un organisme indépendant se charge également d’effectuer des contrôles réguliers auprès des éleveurs, des transporteurs, des fermes comme des abattoirs et des ateliers de production afin de vérifier que les normes IGP soient bien respectées. Le label IGP garantit en outre la fraîcheur des produits disponibles sur le marché. Quand on songe au pays de Galles, on se représente généralement de vastes étendues de nature à l’état brut. Il reste cependant très facile d’accès et se situe près de la Belgique, ce qui permet d’assurer un arrivage quotidien de viande de première fraîcheur.
Même s’il est possible de consommer de l’agneau tout au long de l’année, il n’en reste pas mois un produit saisonnier. La saison idéale pour consommer de l’agneau gallois s’étend dès lors de mai à janvier.

HCC, l’organisation pour la promotion de l’agneau gallois

Hybu Cig Cymru (HCC) est l’organisation sectorielle responsable pour le développement, la promotion et la commercialisation de la viande rouge galloise. Avec environ 9.000.000 de moutons et d’agneaux et 1.103.000 de bovins (chiffres juin 2014), ce n’est pas surprenant que cette industrie ait sa propre agence dédiée à la croissance du secteur et à la recherche de nouveaux marchés durables pour l’agneau, le boeuf et le porc gallois.

L’agneau gallois (IGP) est disponible en Belgique chez le grossiste horeca ISPC.

www.eatwelshlamb.com

Visitez le site web